En résumé..

 Gilbert Debès
1950 - .. ( ?..that's my question..)
Ecole des Arts Décoratifs Strasbourg, 1967 - 1970
Ecole des Beaux-Arts de Saint-Etienne,1976 - 1977

Principales expositions
1970 -
Galerie André Jacquet,"La Bigorne" Strasbourg.
1972 - "63/42", Maison de la Culture Saint-Etienne.
1975 - Triennale, Maison de la Culture Saint-Etienne.
1977 - "12+1 Propositions", Musée d'Art Moderne Saint-Etienne.
1977 - "Tendances Contemporaines", ELAC Lyon.
1984 - Les Colonnes,Saint-Etienne.
1994 - "Le Chemin des Ateliers", Fête du Livre, Saint-Etienne.
1995 - Hall d'accueil  Edf, Saint-Etienne.

Bribes..      

Depuis...
De 1999 à 2004..les formats se sont agrandis, j'ai (enfin) pu peindre sur des surfaces d'un seul tenant,avec les mêmes matériaux que les pages de magazines, encres, papiers rotative, papiers
couchés d'imprimerie,et sur toile. Tout cela n'a jamais été exposé, très peu de gens ont vu ces peintures..
Depuis 2004 donc, je ne peins plus...faute d'atelier, faute d'énergie..et mille autres excuses plus ou moins bidon.
Avec l'absence de matière, d'épaisseur, les transparences, les reflets cuivrés métalliques, les changements incessants..les peintures de cette période étaient  très difficiles à photographier; j'avais fait à ce moment là un  petit essai en vidéo,assez satisfaisant,avec un petit "apn" compact acheté pour l'occasion..mais cela en était resté là  pour ce qui est de filmer mes tableaux..
Le piège, c'était que je n'avais pas compté avec les nombreuses possibilités de ces petits bijoux ni surtout avec...les martinets qui dansaient leurs stridences devant ma fenêtre!
J'eus  envie de les filmer, en même temps  j'avais aussi le son et leurs cris,leur chant; les engranger-enregistrer pour écoute en hiver et en hi-fi, m'intéressait plus encore..
Sauf que..il me fallait un logiciel spécialisé pour séparer le son de l'image...C'est comme cela que, de fil en aiguille, de pixels en mégahertz, avec les facilités informatiques, j'en suis venu à  triturer-bidouiller-m'amuser-jouer-travailler- des bruits, des sons, de petits espaces sonores à défaut de plastiques, que je n'imposerai pas  ici à vos oreilles sensibles..
Après tout, il n'est jamais question que d'espace.
Parallèlement, pris par  une boulimie quasi obsessionnelle de photographier,fixer mémoriser sauver..( là aussi, la facilité -du moins apparente- du numérique), j'en viens à investir en disques durs de plus en plus grands vu la taille et le nombre de fichiers!..
Voilà comment je me suis quelque peu égaré... Ordinateur, quand tu nous tiens!
Je continue parfois à peindre..dans ma tête, à croire que j'arriverai à continuer tout cet inachevé..
Mais..vous n'imaginez pas ce que c'est quand on est nombreux gilb erre!..

                                                                                                                                                             Décembre 2009.
 
< retour